Le Monde's Olivier Razemon on Urban Cycling

Olivier Razemon writes in this paywalled article on a handful of cities in France that, since the 2014 municipal election cycle that saw the election of numerous right-wing mayors and an accompanying shift toward automobile transportation, have instead begun to privilege bike infrastructure in their urban planning.

One thing to note in this article is the role that grassroots support for bike infrastructure played in shifting public policy:

Interviewé par France 3 Occitanie au sujet des infrastructures cyclables en octobre 2018, le maire [de Montpellier, Philippe Saurel] déclarait : « Le vélo est utilisé, mais pas spécialement à l’intérieur du centre-ville. Faire une infrastructure pour qu’elle soit utilisée par deux personnes, ce n’est peut-être pas l’idéal. » Deux personnes ? Aussitôt, les militants de l’association Vélocité lançaient sur les réseaux sociaux le hashtag #Jesuisundesdeux. En novembre 2018, 1 200 cyclistes participaient à une « vélorution », arpentant les rues, entre les jardins de la promenade du Peyrou et la mairie.

La mobilisation a porté ses fruits : un « schéma directeur des mobilités actives » était présenté par la Métropole en février. Depuis, à l’occasion de diverses manifestations pour le climat, Vélocité ne manque pas de poursuivre cette « pression citoyenne », explique Nicolas Le Moigne, son porte-parole. « Nous étions 67 adhérents en 2018 et nous sommes aujourd’hui 600 », indique-t-il.

« J’ai fait ma vélorution », sourit aujourd’hui M. Saurel, qui veut remettre en cause la « vision routière de l’aménagement urbain, car le dérèglement climatique n’est pas une vue de l’esprit ». Depuis son élection en 2014, l’agglomération a connu « deux épisodes d’inondations, trente centimètres de neige et la toute récente canicule », rappelle-t-il.

This leads to the second point: ecological thinking is no longer a choice.

In addition to Montpellier, Razemon evokes Strasbourg, Bordeaux, Rennes, Grenoble, Béthune, Pau, Saint-Étienne, Mandelieu-La Napoule, and Besançon.